L’école renversée

(2 avis client)

15,00 TTC

Auteur : Lorenzo Varaldo

L’auteur, directeur d’école et animateur du Manifeste des 500 en Italie, dénonce la méthode qui a permis le bouleversement total du système éducatif dans ce pays… et pas seulement.

Traduction de l’italien et notes par Rémy Jeanneau

En stock

UGS : isbn: 978-2-9559539-5-2 Catégorie : Étiquettes : , ,

Description

Lorenzo Varaldo
L’école renversée (la scuola rovesciata)

« Ce livre n’est pas une œuvre nostalgique en faveur d’une école qui connaissait elle-même de sérieuses limites. À qui, en tout état de cause, voudrait raisonner de manière, je ne dirais pas scientifique mais simplement logique, une question s’impose : si l’école italienne continue à se dégrader, ne serait-ce pas aussi à cause des différentes réformes que les gouvernements ont conçues et mises en œuvre au cours des quinze dernières années ? Ne serait-ce pas en raison de la pédagogie qu’ils ont imposée ?
(…) On discute beaucoup de la façon dont on pourrait améliorer l’école. L’intention est louable. Mais (…) [qui peut] croire qu’il est possible d’améliorer une chose si l’on ne sait pas d’abord la défendre ? Personne ne se mettrait à discuter de la réorganisation de la maison pendant que les voleurs sont en train de la vider. » L. V.


« L’histoire se passe en Italie. Elle pourrait se passer en France tant les questions abordées sont voisines. (…) Ce livre qui traite de l’art de la pédagogie, de la transmission des connaissances et du libre rapport au savoir est lui-même écrit avec une grande pédagogie. Il nous transmet des connaissances et nous amène à réfléchir. Un livre de combat. Et aussi un très beau livre. Un livre à lire. »
Le Manifeste pour la reconquête d’une école qui instruise


Lorenzo Varaldo est actuellement directeur d’école primaire et secondaire (collège) à Turin, après avoir été enseignant pendant vingt-neuf ans. Il est coordinateur du Manifesto dei 500, une association nationale d’enseignants et de parents qui s’est créée en Italie à la fin des années 90 pour défendre le droit à l’instruction et combattre les réformes qui démantèlent l’école publique.

Informations complémentaires

Poids 0.282 kg
Dimensions 2 × 15 × 21 cm
ISBN

9782955953952

Dépôt légal

Janvier 2019

Pages

183

2 avis pour L’école renversée

  1. Admin

    Que ne fait-on pas au nom de la pédagogie…

    Préface du Manifeste au livre de Lorenzo VARALDO, L’école renversée (livre à paraître prochainement en français aux Editions du Travail) Les pires réformes de l’école sont toujours justifiées en invoquant l’intérêt de l’élève. Liquidation des examens nationaux, dégradation des statuts… Ceux qui prennent de telles mesures nous l’affirment : ils ne sont animés que d’un seul souci, l’intérêt de l’élève. Et d’ailleurs, disent-ils, leurs réformes sont des réformes pédagogiques. Que ne fait-on pas au nom de la pédagogie… Au point que parfois, ceux qui se battent contre ces réformes en viennent à haïr le mot « pédagogie ». L’originalité de L’école renversée est d’analyser les attaques qui, depuis trente ans, ont miné l’école sous l’angle de la pédagogie. L’auteur relève ainsi un défi : puisque ceux qui attaquent l’école, soutiennent qu’ils font des réformes pédagogiques, eh bien, parlons « pédagogie », parlons « intérêt de l’élève ». Et, à l’issue d’une étude rigoureuse, la conclusion est claire : ces réformes prétendument pédagogiques heurtent, en réalité, les principes pédagogiques – et humanistes, les plus élémentaires. Ce livre est donc une contre-enquête. Précise, instructive et captivante. (extrait de la préface signée « Le Manifeste pour la reconquête d’une école qui instruise »)

  2. Yon André

    Un travail méticuleux et, en même temps, sans aridité, tout à fait agréable à suivre. Vous êtes en Italie et vous suivez pas à pas le démantèlement de tout ce qui fait le caractère national et républicain de l’enseignement. Vous vérifiez que la destruction de la transmission des connaissances est étroitement mêlée à ce détricotage. La mise en lumière des complicités politiques n’épargne personne, pas même, en particulier, ceux qui font profession de progressisme. Vous retournez le livre: non ce n’est pas de la France dont il s’agit ! Et pourtant ! À lire absolument.

Ajouter un Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *